Le CAPESMA  Ⓡ

Certificat d’Aptitude au Professorat d’Enseignement Supérieur
en Médecine Acupuncturale

Document déposé à lʼINPI le 13/11/2013 enregistré au BOPI sous le n° 13/4047732

Une réforme de l’enseignement ne peut s’envisager sans la mise en place dʼune base solide de son encadrement, reposant sur une qualification reconnue et validée de ses enseignants.

Actuellement, aucune règle, ni aucune loi n’interdit ou autorise à quiconque de dispenser un enseignement et d’ouvrir une école.

Lorsque lʼon consulte les pages internet consacrées à la “ Médecine chinoise” ou  à  ‘’l’Acupuncture”, on constate une multitude de propositions dont les garanties de formations sont rarement affichées sur la qualification de lʼenseignant et le contenu du cursus enseigné.

Le néophyte se trouve confronté à des choix sans repères ni critères de sélection.

Pour organiser la mise en place de la réforme de lʼenseignement, le Conseil Supérieur National de lʼAcupuncture Traditionnelle (CSNAT) a proposé aux écoles de déposer un dossier de demande dʼagrément, en présentant leur programme détaillé, matière par matière, avec le nombre dʼheures pour  chaque  module  uniquement  consacrés  à  la  théorie  enseignée  par  les  Classiques  de  la médecine traditionnelle et à la clinique acupuncturale.

Cet agrément, qui ne concerne que la validation de lʼenseignement des fondamentaux et des épreuves cliniques en acupuncture, est délivré pour 3 ans, reconductible en fonction des résultats obtenus par les candidats à lʼexamen du DNAT théorique et clinique.

Lʼenseignement des sciences bio-médicales et des diagnostics de distinction étant actuellement assuré par des médecins, sera progressivement intégré dans un corpus général enseigné en complémentarité comparative aller-retour, en effet miroir, des deux approches traditionnelle et moderne. Cette étude en parallèles doit, à terme, former les étudiants à une rhétorique souple entre lʼexamen traditionnel du patient, en évitant les pièges, par la maîtrise du diagnostic différentiel de la médecine conventionnelle. La dialogue entre le praticien acupuncteur et le médecin traitant doit pouvoir sʼétablir sur un espace commun dans lʼintérêt du patient.

Pour que cet enseignement conduise à une professionnalisation reconnue, il doit être dispensé par des enseignants dont les compétences pédagogiques et lʼexpérience pratique doivent être validées. Cʼest le passage obligatoire pour être reconnu par le milieu médical, soucieux de la sécurité des patients et rassuré par une formation sérieuse et rigoureuse des étudiants.

Lʼexamen du CAPESMA sera ouvert, en concours interne,aux enseignants actuels qui en feront la demande. Leur dossier sera examiné par une Commission dʼexperts reconnus par la profession.

Une session spéciale sera mise en place pour les praticiens qui souhaitent sʼorienter vers lʼenseignement et qui pourront attester de 8 années dʼexercice libéral ou hospitalier.

Notre rôle de responsables professionnels est de permettre à notre art dʼaccéder à la reconnaissance des praticiens en exercice, mais aussi de prévoir un cadre juridique de son enseignement et de sa pratique pour les futurs accédants.

Lʼenseignement est le maître dʼœuvre responsable de la bonne exécution du projet qui consiste à faire dʼun étudiant un futur praticien qualifié et compétent.

Cette responsabilité ne peut être assumée que par des formateurs aux compétences pédagogiques validées.

Dr Michel FREY Président du CSNAT

Président de la Commission Enseignement