Lettre du 1er aout 2015

CONFÉRENCE des ECOLES AGRÉÉES

Mesdames, Messieurs

Directeurs des Etablissements dʼenseignement de lʼAcupuncture,

Suite  aux  différents  courriers  concernant  la  réforme  de  lʼenseignement,  vers  un  modèle national, préparant les étudiants à lʼexamen du DNAT, plusieurs directeurs dʼétablissements de formation à la profession de praticien acupuncteur ont répondu favorablement.

Ils ont demandé que soit organisée une réunion collégiale sous lʼégide du CSNAT présidé par le

Dr Michel FREY.

Compte-tenu de lʼimportance du dossier à traiter, il conviendra de prévoir une journée entière de travail.

La réunion se tiendra le mercredi 14 octobre de 9h à 18h au siège social du CSNAT 11, rue Alibert 75010 PARIS ( métro République).

La phase des contacts avec le Ministère ayant été ouverte le 10 juin 2015, il apparait urgent que cette réunion de travail se tienne le plus tôt possible.

Quel que soit le nombre de participants, tous étant conviés à y assister, les décisions qui seront prises sʼappliqueront à lʼensemble des écoles agréées.

Ces décisions seront consignées dans une Charte qui conditionnera le renouvellement des agréments.

Les Ecoles qui ne seraient pas signataires, se verront retirer leur agrément.

Si des directeurs ne peuvent se libérer, ils peuvent déléguer un représentant qui aura pouvoir de propositions.

ORDRE du JOUR

* Présentation des Ecoles agréées

DISCUSSIONS

* Désignation dʼun Secrétaire de séance qui rédigera le Rapport des décisions arrêtées.

* Les points du dossier :

  • La situation alarmante de la pérennité de l’exercice de l’acupuncture en France.
  • Dans 10 ans, il n’y aura plus de médecins acupuncteurs. Pour l’heure, ce sont eux qui, officiellement, entretiennent la flamme
  • Les quelques rares enseignements de l’acupuncture en facultés ont cessé.
  • Il est urgent de s’inquiéter du problème et d’organiser les conditions de reconnaissance de son exercice par des praticiens non médecins
  • La question des critères de qualité à été abordée par la création d’écoles agréées sur le respect d’un programme d’enseignement éprouvé.
  • La reconnaissance, par un statut officiel, des Etablissements privés agréés, seuls en mesure de dispenser cet enseignement et immédiatement opérationnels.
  • La formation et la qualification des enseignants par la création du CAPESMA .

Cette revendication date de 1982 (voir Lettre mensuelle de juillet).

  • La formation continue obligatoire. Pour cela les Ecoles devront s’organiser pour recevoir un agrément officiel.
  • Nous avons confirmé que la demande de prise en charge des actes par les organismes de SS n’est pas à l’ordre du jour.
  • Que de plus en plus les mutuelles proposent des forfaits dont les actes sont effectués par des acupuncteurs titulaires d’un diplôme national. A l’exclusion de tous actes non validés.

*  OBJET :

  • Définir le programme d’enseignement national, uniquement sur la matière acupuncturale, et l’engagement de s’y conformer.
  • Ce programme sera validé par le CSNAT et conditionnera le renouvellement des agréments.
  • La mise en place du CAPESMA et de la première promotion sur la base d’un dossier qui sera soumis à la Commission d’experts composée à parité de médecins acupuncteurs et de non-médecins.
  • Proposer qu’une certaine « porosité » existe entre les établissements sur la base du Compagnonnage, pour échanger des étudiants en stages cliniques, mais aussi des enseignants. Ainsi, le programme s’affinera en qualité pour devenir réellement national.
  • Tenter de mettre à plat les tarifs, sur une fourchette acceptable en fonction de prestations justifiées.
  • Ces mesures seront prises démocratiquement sur un vote officiel, qui sera consigné dans un Rapport de Conférence.
  • Essayer, dans la mesure du possible de disposer de locaux dont l’image sera le reflet d’un établissement de qualité.

Ces différents points sont une base qui servira à construire un enseignements de haut niveau « made in France » qui n’aura rien à envier aux modèles européens.

Voilà ce que nous proposons de mettre en œuvre à la rentrée avec votre collaboration. Bien sûr, nous ne pouvons demander à nos collègues de Nouméa d’y assister, mais, leurs propositions seront  entendues, compte-tenu que leur statut en Nouvelle Calédonie évolue plus vite qu’en métropole.

Avant d’organiser cette Conférence des enseignants des écoles agréées, il nous serait utile de connaître rapidement quels sont les établissements qui envisagent d’y assister.

Là, c’est le CCREAT qui intervient pour l’organisation logistique de l’évènement.

Dr Michel FREY Président        Bernard AVEL Vice-président